Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des moniteurs et des élèves
  • : Un blog pour les moniteurs, mais aussi pour les élèves conducteurs, pour permettre aux premiers d'exercer enfin librement leur métier (leur art!), et offrir aux seconds un enseignement de qualité, à moindre frais, dans une relation de confiance et de liberté.
  • Contact
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 15:50

Pas de panique, nous allons parler des “ronds-points”, ou plutôt de ce qu'il faudrait appeler, comme le Code de la route (art R110-2), “carrefours à sens giratoire”, ou plus simplement “giratoires” et pas “ronds-points”. Côté vocabulaire inadéquat, on devrait voir également proscrits, dans ces fameuses diapositives qui sont censées enseigner le code(?) de la route aux élèves , des termes comme “camionnette”. Au sens du Code (le vrai) de la route, qu'est-ce qu'une “camionnette”, terme qui n'y figure pas et qui n'y est pas défini?

 

Revenons à nos tourniquets nationaux, et, avant de donner des précisions sur la manière dont on doit, ou la manière dont on peut, s'y comporter de ce côté-ci du Channel. Voyons aussi ce qu'en ont fait nos voisins (et amis, bien que défaits -de peu- hier soir) anglais.

Je vous invite, si jamais vous êtes un peu plus anglophones que moi, à vous référer à cet article de Wikipédia qui fait un tour très intéressant de la question. Et dès que vous aurez, comme moi, arraché ce qu'il vous reste de cheveux à essayer de comprendre cette langue, vous pourrez vous reposer en consultant cet autre article de Wikipédia, en français, qui dit peu ou prou la même chose, mais d'une autre manière, avec une vue plus “continentale” de la chose. Vous pourrez aussi, mais cela relève peut-être du masochisme aux yeux de certains (ces envieux, ces jaloux que stigmatise à l'occasion le regretté Michel Audiard), vous référer au Highway Code britannique, à ses articles 185 et 186.

 

Mes sources citées, j'aimerais dire ici, comme j'ai eu l'occasion de le dire un peu partout sur des forums divers et variés, de quelle façon j'ai invité mes élèves et mes proches (et moi-même) à franchir ces obstacles que sont les giratoires.

Le Code de la route (le vrai, pas le livre d'images vendu aux élèves) nous dit, dans son article R412-9, que “en marche normale, tout conducteur doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée, autant que le lui permet l'état ou le profil de celle-ci.”. Et comme, dans un giratoire, l'anneau qui tourne l'ilot central est une chaussée, j'y roule à droite. Même s'il y a deux, voire trois voies et si, sur la voie interne, je pourrais parcourir une distance moins grande (au prix, à vitesse égale, d'une force centrifuge plus forte – ah! l'inverse du rayon du cercle!) ou éventuellement dépasser ce lambin qui se traine devant moi.

Il faut dire que les avantages sont nombreux à se comporter de la sorte, et surtout pour des élèves conducteurs ou des néo-conducteurs. Plus besoin, quand on sortira sur sa gauche (si on peut dire), d'attendre que soient dégagées deux voies extérieures pour atteindre la troisième voie intérieure, plus besoin de se dévisser les sept cervicales (5 ordinaires plus axis et atlas) pour tenter de voir ce qui se passe derrière soi pour réussir à quitter cette voie intérieure, franchir la voie médiane, atteindre la voie extérieure, et enfin sortir, trempé de sueur et nageant dans l'adrénaline.

Tranquille comme Baptiste, je prends la voie extérieure dès qu'elle est libre. Je la parcours sur trois quarts de tour, le clignotant bien allumé à gauche pour dire que je poursuis ma rotation, bien calé à droite pour éviter que ne surgissent à ma droite ceux qui sont tout prêts à bondir dans le moindre interstice, et je mets mon clignotant à droite pour quitter le giratoire.

 

Peut-on le faire le jour de l'examen quand on est pieds et poings liés face à le décision d'un inspecteur qui décide, souverainement et sans recours possible?

Je réponds oui, absolument. Car le jour de l'examen, on peut COMMENTER SA CONDUITE, expliquer ou préciser ce que l'on fait, en particulier pour éviter ces malentendus qui sont générateurs de décisions inappropriées. Donc, le jour de l'examen, bien entrainé à cet exercice, on passera son premier gros giratoire à la façon auto-école. Et au second, on fera à ma façon, avec un commentaire du genre “nous avons perdu beaucoup de temps tout à l'heure, et cette fois nous ferons les choses plus simplement, comme nous le demande le Code, et nous allons garder notre droite dans le giratoire.”

 

Imparable, parce que strictement légal, et surtout le candidat est dans l'initiative, et non plus le jouet des desiderata de l'inspecteur.

 

 

Pour la gouverne et la culture générale de mes lecteurs, je voudrais revenir sur la manière dont les Anglais, champions européens avec les nordiques de la sécurité routière, ont résolu le problème. Chez eux, pas de “doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée”, avec aussitôt après un (c'est moi qui graisse) “toutefois, un conducteur qui pénètre sur un carrefour à sens giratoire comportant plusieurs voies de circulation en vue d'emprunter une sortie située sur sa gauche par rapport à son axe d'entrée peut serrer à gauche”. Chez eux, la rose est blanche ou rouge, pas plutôt claire ou plutôt foncée.

Donc, la règle appliquée par tous est la suivante: Quand vous entrez sur le giratoire, et que vous savez que vous le quitterez dès la première sortie, serrez à gauche (transposez en France: serrez à droite); quand vous le quitterez à n'importe quelle autre sortie, serrez à droite, ou prenez la voie intérieure ( transposez en France: serrez à gauche). Une règle, simple, acceptée et appliquée par tous, qui accentue le caractère centrifuge des giratoires, donc évite les bouchons, et réalise le rêve fou des aménageurs de route, fluidifier le trafic.

 

Que n'a-t-on, en France, adopté une telle règle. Elle aurait eu l'avantage d'être claire, elle nous aurait même donné l'illusion d'un peu plus d'Europe. Elle n'aurait eu comme inconvénient que d'éviter le doute chez les automobilistes, en particulier le jour de certain examen, et de réduire la marge d'appréciation des inspecteurs.

 

RH

Partager cet article
Repost0