Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des moniteurs et des élèves
  • : Un blog pour les moniteurs, mais aussi pour les élèves conducteurs, pour permettre aux premiers d'exercer enfin librement leur métier (leur art!), et offrir aux seconds un enseignement de qualité, à moindre frais, dans une relation de confiance et de liberté.
  • Contact
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 08:51

Je me rappelle que nous nous étions parlé au téléphone il y a quelques mois, et qu'il était plus que temps de remonter le moral à cet apprenti conducteur un peu hors normes, du moins hors de ce que les auto-écoles veulent considérer comme la norme.

Il faut dire qu'il n'est pas très bien considéré d'avoir attendu jusqu'à 40 ans pour apprendre à conduire. On est reçu comme une sorte d'OVNI (ou d'UFO) dans les auto-écoles, sans parler du regard posé sur vous par les inspecteurs, les légendes les plus folkloriques courant sur tous ceux qui n'ont pas eu envie ou besoin de passer leur permis dès leur dix-huitième anniversaire. On s'amuse volontiers en effet de ces femmes qui, à cinquante passés, se trouvant (souvent involontairement) seules, viennent s'inscrire en auto-école pour pouvoir utiliser la voiture désormais immobilisée dans le garage depuis le départ du mari, on s'énerve de ces institutrices, de ces infirmières (toujours et encore des femmes, la testostérone est en vente libre dans ce monde-là) qui passent leur temps à poser des questions car elles "veulent comprendre ce qui se passe" et ne se contentent pas d'exécuter ce qu'on leur demande. Il est vrai que la fameuse "pédagogie par les objectifs" privilégie la bonne exécution au détriment de la compréhension.

 

Revenons à notre candidat, qui m'annonce avec la joie qu'on imagine et une fierté bien justifiée qu'il vient d'obtenir le permis de conduire. Il fait un point très précis, très clair de la manière dont les choses se sont passées depuis cet été, son passage dans une autre auto-école, les deux dernières heures à reconnaître le parcours probable, et le passage de l'examen pendant lequel l'attitude de l'examinateur, y compris son intervention physique, démentent la prétendue neutralité qui doit être la règle, ainsi que le fait que "toucher le volant" soit "éliminatoire".

 

Ce trop long préambule posé, je vous laisse lire le message que je reçois, compliments compris.

 

 



Bonjour,
Je pense (j'espère) que vous vous rappelez de moi. Le bordelais de 40 ans prenant la mesure de la mafia organisée qu'organise certaines auto-écoles. Vous m'avez écouté et conseillé et cela m'a permis d'aller de l'avant. Pour mémo, Juillet, j'échoue pour la 2nde fois à l'examen pratique. L'été et la colère passée, j'ai suivi vos conseils. Un bilan par une autre auto-école (l'instructeur, un jeunot d'une trentaine fut épaté par ma conduite souple, efficace... sans me vanter, je suis un conducteur simple et prudent). A la fin, lui me disait prêt plus que la moitié des candidats qu'allait présenter à son auto-école au prochain permis. Par confort, j'ai pris 2 heures avant de me présenter. Sur le parcours de mon examen afin de me familiariser avec les lieux. Quelques manœuvres et rappels, je me sens prêt. Samedi matin, huit heures, je suis le premier candidat. Il pleut et il fait nuit. L'examen se déroule bien, et je gère mes nerfs malgré les remarques acides de l'examinateur, ses soufflements exaspérés, ses reproches sur le ton d'un papa mécontent... Vers la fin, en sortie de rocade, le soleil naissant fait briller la route humide. Les marquages disparaissent et l'examinateur touche le volant pour me remettre sur la droite en me disant de respecter ma voie et les marquages. J'objecte sur la visibilité nulle. Dans ma tête, l'échec est installé et je sais que c'est raté, encore une fois. Je termine l'examen par une marche arrière en ligne droite, approximative, genre "je m'en fous". Questions intérieur (les buses) et extérieur (liquide de refroidissement). Je rentre chez moi. J'annonce auprès de ma famille, de mes amis, mon pessimisme sur le résultat de ce nouvel essai. Je n'attends pas le résultat, sur de mon échec. Le pli vient d'arriver ce soir.
L'avis es favorable. J'ai mon permis (tout juste; 20 sur 30).
Au delà de la joie et de la fierté qui m'anime depuis ce soir, l'obtention du permis m'a fait apparaître son côté très versatile. Après tout, il est au "bon vouloir" de l'examinateur, de son humeur, de ses directives peut-être. Ses remarques et soufflements ne sont-ils pas un stress-test pour le candidat ? Quand l'examinateur touche le volant, c'est éliminatoire, non ? C'est ce qui se dit, en tout cas. Enfin, le champagne a coulé et j'enterre un vieux serpent de mer. Ce permis, je vais tout faire pour le garder ;)
Merci de m'avoir écouté, cela m'a aidé dans une période de crise et de découragement. Sachez que vous faites des choses utiles et éclairantes pour les autres. Je suis heureux d'avoir croisé votre route et je souhaite la vôtre longue et remplie de félicité.

 

 

 

Cela peut faire plaisir, non ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires